A Marseille et dans la métropole, il faut se libérer des gaz d’échappement.

Si ce courrier ne s’affiche pas correctement, cliquez ici.
Greenpeace
Facebook Twitter YouTube Instagram
Bonjour PATRICK,

Comme dans beaucoup d’autres villes, l’air de Marseille et de ses environs est saturé par les gaz d’échappement. Les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et celles et ceux qui font du sport en extérieur en sont les premières victimes. Nous ne resterons pas sans rien faire !

A Marseille, le transport maritime joue un rôle important dans la pollution de l’air. Ceci étant, nous ne devons pas minimiser les impacts du trafic routier : c’est le secteur le plus émetteur d’oxydes d’azote à l’échelle de la ville et du territoire “Marseille Provence”. C’est pourquoi, à Marseille et alentour, il doit être drastiquement réduit.

Envoyer un message à Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, et Martine Vassal, présidente de la métropole : 
 
J’écris aux élus marseillais
Il faut sortir progressivement de nos rues les véhicules polluants, diesel puis essence, et, pour que cela fonctionne, il faut développer des alternatives solides permettant aux habitant.e.s de toute la métropole de se déplacer facilement. Ce n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui et cela ne peut pas durer.

Les élu.e.s ont le pouvoir de changer les choses. Nous devons leur faire savoir qu’en tant qu’habitant.e de la région, nous avons la volonté de les faire bouger !

Ce samedi 23 février, vous pourrez aussi participer à des activités de sensibilisation sur la pollution de l’air en rejoignant les militant.e.s de Greenpeace Marseille de 10H à 12H, Cours Julien.

Merci d’avance pour votre soutien. 
Maud,
pour l’équipe Petite Reine de Greenpeace
Facebook Twitter Contactez-nous
Ce courriel a été envoyé à l'adresse pkguez@gmail.com
Pour ne plus recevoir d’email de Greenpeace, désabonnez-vous ici.
Contactez-nous
Greenpeace
© Greenpeace France 2019