English

Mettons fin au secteur cruel et dangereux de la viande de cheval

Avec plus de 90 000 chevaux abattus en 2011 seulement, le secteur de l’abattage des chevaux au Canada se situe parmi les plus importants au monde et représente une trahison scandaleuse de nos fidèles compagnons.

Il existe de nombreux cas signalés de violations du bien-être des animaux dans les abattoirs de chevaux canadiens. Les chevaux sont l’exemple par excellence d’un animal fugueur—la panique et le désir instinctif de fuite qu’ils ressentent dans les abattoirs les poussent à se débattre frénétiquement dans la chute d’abattage. Il est ainsi difficile de les assommer efficacement avant l’abattage. Il n’est donc pas étonnant que les experts vétérinaires aient dénoncé l’abattage des chevaux comme une pratique qui est par nature inhumaine. Empirant les choses, de choquants extraits vidéo captés lors du processus d’abattage mettent sérieusement en doute la capacité de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) à s’assurer qu’un protocole adéquat soit respecté.

Toutefois, il n’y a pas que les chevaux qui doivent être protégés. Les consommateurs courent un risque élevé d’ingérer un produit chimique interdit qui se retrouve dans la viande de cheval. Les chevaux ne sont pas élevés comme des animaux destinés à l’alimentation et la plupart d’entre eux sont exposés à un médicament appelé phénylbutazone. L’utilisation de la phénylbutazone est interdite pour tout animal destiné à être consommé par l’humain car elle peut être toxique aux humains. Les mesures visant à éliminer de la chaîne alimentaire les chevaux traités avec certaines substances telles que la phénylbutazone sont, dans les meilleurs cas, inadéquates.

L’ACIA utilise des méthodes d’échantillonnage inadéquates et ne peut garantir que la phénylbutazone ne sera pas présente dans la viande que nous produisons pour la consommation par les Canadiens et à l’étranger.

Nous faisons appel à votre aide pour la sensibilisation et le soutien du projet de loi C-322. Cette mesure mettrait fin au secteur cruel et dangereux de la viande de cheval.

PASSEZ À L’ACTION : Ecrivez à votre député. Il est important d’écrire à votre député pour lui signifier qu’en tant que son électeur, vous souhaitez mettre un terme à ce secteur d’activité et que c’est très important pour vous!

ETAPE 1 : Vous n’avez qu’à compléter le formulaire ci-dessous pour participer à cette mesure. Tous les champs obligatoires sont indiqués à l’aide d’un astérisque rouge.