Faites interdire les cirques avec animaux sur le territoire de votre commune !

En France, un maire a le pouvoir d'empêcher les cirques de s'installer sur l'espace public de sa commune. À vous d'agir dans votre commune contre le dressage, la captivité à vie, la détresse, l'ennui profond et les problèmes de santé dont sont victimes les animaux exploités dans les cirques en faisant savoir à votre maire combien ces spectacles sont cruels et en lui demandant de faire voter une délibération d'interdiction par le conseil municipal.

elephant mairies.jpg

Très souvent enfermés dans des cages ou des enclos, transportés sur les routes par tous les temps, contraints de faire des tours pénibles, privés d'activités suffisantes et d'une vie sociale normale, les cirques sont des lieux de souffrance pour les animaux. La Fédération des vétérinaires d'Europe avertit que les cirques ne peuvent fournir aux mammifères sauvages des conditions de vie adaptées et de la possibilité d'exprimer leurs comportements normaux.

Il n'est pas étonnant que nombreux pays aient déjà interdit les cirques animaliers, comme la Belgique, la Bolivie, l'Autriche, la Finlande, l'Inde, le Mexique et Singapour. En France, des villes comme Ajaccio, Bagnolet, Fontenay-sous-Bois, Montreuil et Tourcoing ont pris la décision d'interdire sur le territoire public, et leur liste ne cesse de s'allonger.

Agissez pour faire pencher la balance

En quelques clics, vous pouvez envoyer le message ci-dessous à votre maire, mais n'hésitez pas à employer vos propres termes. Vous trouverez facilement les coordonnées de votre maire sur Internet en recherchant « mairie », le nom de votre commune et « contact ». 

Prenez un instant pour prendre position pour les animaux car votre voix peut tout changer. Si vous obtenez une réponse, même négative, n'hésitez pas à nous la transmettre.

 

Madame, Monsieur le maire,

Je vous écris pour vous demander de mettre en place une interdiction des cirques qui détiennent des animaux sauvages dans notre commune.

Les animaux sauvages utilisés par les cirques sont constamment transportés d'une représentation à une autre dans un environnement où leurs besoins sociaux et physiques les plus élémentaires ne peuvent être satisfaits, ce que la Fédération des vétérinaires d'Europe dénonce. Plus de 90 % du temps , ils sont enfermés dans des wagons pour « bestiaux », ou des enclos temporaires mornes, et peuvent être battus et punis dans le cadre de méthodes de dressage inhumaines. Cela n'a rien d'un « divertissement ».

Des comportements tels que faire les cent pas, balancer la tête compulsivement, mordre les barreaux, tourner en rond voire s'automutiler sont fréquents chez les animaux captifs. Il est maintenant reconnu que ce comportement névrotique est causé par la détresse due à la captivité et un mode de vie artificiel.

Parce que les animaux ne font pas de la bicyclette, ne se tiennent pas sur leur tête, ne font pas l'équilibre sur des ballons ou ne sautent pas à travers des cerceaux de feu naturellement, les entraîneurs utilisent des fouets, des bâtons en métal terminés par un crochet, des muselières, des colliers de dressage et d'autres outils douloureux pour les forcer à effectuer leur spectacle. La punition physique a longtemps été la méthode standard de dressage pour les animaux dans les cirques.

L'utilisation d'animaux dangereux dans les spectacles menace également la sécurité du public et met les enfants en danger. Les animaux en captivité sont connus pour « craquer » sous la pression. Il y a eu des dizaines de cas attestés où des humains ont été tués ou blessés attribuables aux animaux détenus dans les cirques ou d'autres environnements de captivité . 

Pour toutes ces raisons, je vous appelle à faire voter une délibération municipale afin de refuser l'installation de cirques détenant des animaux d'espèces non domestiques sur le territoire de votre commune.

Un nombre croissant de communes françaises comme Ajaccio, Bagnolet, Fontenay-sous-Bois, Montreuil et Tourcoing et de villes et pays à l'étranger ont restreint ou interdit l'utilisation d'animaux pour l'amusement tels que la Belgique, la Bolivie, l'Autriche, la Finlande, l'Inde, le Mexique et Singapour.

Les temps ont changé. Il n'est plus acceptable de traiter les animaux comme des objets pour notre amusement. Tous nos concitoyens qui se soucient des animaux vous remercieront d'avoir pris cette décision en faveur de l'éthique.

 
 
Les champs marqués d’une étoile (*) sont obligatoires
En remplissant ce formulaire, vous indiquez votre consentement à recevoir des messages marketing par e-mail de notre part, sauf si vous avez indiqué une objection à recevoir ces messages en décochant la case ci-dessous. Vous reconnaissez également avoir lu et vous acceptez la politique de confidentialité de PETA France.